The policy regarding independence of Western Sahara from Morocco continues with no perceptible changes, per the recent King address.

RABAT, MOROCCO — There was some cause this year to hope the King would proclaim a new stance on Western Sahara during ceremonies to commemorate the Green March, 42 years ago, of Moroccans into the neighboring territory. But, as is more often the case in these situations, cultural and deeply political traditions seemed to have the final say.

King Mohammed VI of Morocco has this week restated his firm stance against a peace deal that might allow Western Sahara to attain independence. The announcement was made amidst a renewed attempt by the United Nations to bring an end to a dispute that has lasted several decades and divided nations throughout the continent, leading to Morocco’s virtual excommunication, until last year, from the African Union.

King Mohammed VI’s announcement was part of a speech marking the 42nd anniversary of the Green March (la marche verte), when hundreds of thousands of Moroccan civilians marched across the border to lay claim to the mineral-rich territory, then more commonly known as the Spanish Sahara, a Colony of Spain.

Green March in 1975

Military Operation Plans for the Green March, as Presented in Map from the Period, 1975

13 years of conflict ensued. And in 1991, a UN peacekeeping force was deployed and has since remained stationed in the former Spanish colony, with a mandate to organize a referendum on its independence or integration with Morocco. Also holding military conflict at bay has been a 1988 agreement between Morocco and the pro-independence Polisario Front to eventually conduct the very same referendum. But Morocco has since repeatedly blocked it being held, saying the country will only accept autonomy for the territory.

No settlement of the Sahara affair is possible outside the framework of the full sovereignty of Morocco over its Sahara and the autonomy initiative, whose seriousness and credibility the international community has recognized.

 

— Morocco’s King Mohammed VI, During Royal Address, November 6 2017

King Mohammed’s comment on the Sahara affair had a particularly sharp resonance this year, which the Polisario Front soon picked up and condemned, noting that the speech “contradicts the commitments of Morocco” reanimated in the preceding months. Mohamed Salem Ould Salek, a senior official of the pro-independence movement, quoted by the Algerian news agency APS, has said that the speech was in stark contradiction to Morocco finally rejoining the African Union in January of this year, having walked out in 1984 in protest at the admission of the territory — now self-renamed as the Sahrawi Arab Democratic Republic, and recognized by several Arab states as a distinct AU member.

The African Union has banned the occupation of any territory by a fellow member country. The UN Security Council has also, in April of this year, adopted a resolution that called for a new push for talks between Morocco and the Polisario. Yet the King’s speech seemed unconcerned by these more recent facts of politics, policy, and diplomacy. In fact, where one could detect an awareness of these facts, it was to place them in a much longer temporal context.

This proclamation attests to the permanence of the Sahara’s Marocanité, well before the artifical mise en scène of an illegitimately incited conflict around this historical truth. The Sahara will remain Moroccan till the end of time. And the sacrifices that will be necessary for us to incur, in order that it remains so, are of little signficance.

 

— Morocco’s King Mohammed VI, During Royal Address, November 6 2017

Western Sahara Today

When the National Secretariat of the Polisario Front met, this same week, for its 5th and 6th ordinary sessions, its consensus approach to the speech was to declare a renewed willingness to cooperate with international efforts aimed at the decolonization of Western Sahara, in accordance with the charter and resolutions of the United Nations and African Union.

In a released statement, the National Secretariat of the Polisario Front, chaired by its Secretary-General and President of the Republic Brahim Gali, underlined the need for a full and urgent implementation of Resolution 2351 of the UN Security Council, in particular, sections related to the ceasefire agreements, in light of the refugee situation resulting from Moroccan efforts in the Elgargarat region. There was a clear emphasis placed on a prediction that any extended delay in the situation’s appropriate resolution would augur a return of both tensions and actual confrontations.

The National Secretariat reiterated the need to adhere to the principles and norms that govern peace missions in the world, and called on the UN and the AU to act soon and decisively in imposing a just and democratic solution, more specifically, to establish a date for the organization of a free and fair referendum that would allow the Saharawi people to exercise their inalienable right to self-determination and independence.

For those who have followed the annual anniversary commemorations of the Green March, King Mohammed’s declared position on the matter was no surprise — it in fact was a restatement not only of his position in previous royal addresses but those of his father and their royal predecessers in the court. There was some hope, after the breakthrough in talks that led to the readmission of Morocco into the African Union, that there would be an easing of said stance toward an eventual referendum or its political equivalent. But King Mohammed’s royal address (reproduced below in video and text) remained studiously attentive to a tradition that has now become at once political, historical, and textual.

The situation thus leaves Western Sahara as the only territory on the continent to not have resolved its non- or post-colonial status.

Man Seated Reading Speech from Text
Le Roi Mohammed VI Lors du Discours du 42e Anniversaire de la Marche Verte (Copie d'écran Youtube)

Speeches in Opposition

Transcript of Royal Address (in French)

Louange à Dieu,

 

Paix et Salut sur le Prophète, Sa Famille et Ses Compagnons.

 

Cher peuple,

 

Aujourd’hui, nous commémorons avec une immense fierté le quarante-deuxième anniversaire de la Marche Verte. Dans quelques semaines, nous célébrerons le soixantième anniversaire du Discours que Notre Auguste Grand-Père, Sa Majesté le Roi Mohammed V, que Dieu ait son âme, avait prononcé à M’hamid El-Ghizlane.

 

Pourquoi Nous a-t-il paru judicieux aujourd’hui d’évoquer en même temps le souvenir de ces deux événements historiques ? Quel est le lien qui les rattache véritablement ?

 

En fait, chacun de ces deux moments fondateurs symbolise le pacte indéfectible d’unité nationale, scellé entre le Trône et le Peuple, pacte dont la clé de voûte est le Sahara marocain.

 

De fait, le discours historique de M’hamid El-Ghizlane est lourd de sens, en ce qu’il marque une étape saillante dans le processus de parachèvement de l’intégrité territoriale de notre pays, et qu’il souligne une seule vérité que nul ne peut contester : la Marocanité du Sahara et l’attachement du peuple marocain à sa terre. En effet,

 

– Dès que le Maroc a eu son indépendance ;- Bien avant que la question du Sahara ne soit consignée aux Nations Unies en 1963;

 

– Alors qu’aucune revendication ne portait sur la libération du Sahara, à l’exception des demandes légitimes formulées alors par le Maroc ;

 

– Mieux encore, bien avant que l’Algérie ne devienne indépendante ;

 

Antérieurement à tous ces faits, s’adressant aux chioukhs et aux représentants des tribus sahraouies venus lui faire allégeance -la Beia-, Notre Grand-Père avait souligné les droits historiques et légitimes du Maroc sur son Sahara.

 

Il déclara en substance : « Nous proclamons solennellement que nous poursuivrons notre action pour le retour de notre Sahara, dans le cadre du respect de nos droits historiques et conformément à la volonté de ses habitants… ». Fin de la parole de Notre Grand-Père, que Dieu le bénisse.

 

Replacée dans le contexte de l’époque, cette déclaration est sans ambiguïté, et nul ne peut remettre en cause son bien-fondé. Plus qu’un engagement, elle est l’expression d’une alliance pérenne entre le Trône et le Peuple.

 

En outre, cette proclamation atteste la permanence de la Marocanité du Sahara, et ce, bien avant la mise en scène artificielle d’un conflit indûment suscité autour de cette vérité historique. Aussi, le Sahara restera marocain jusqu’à la fin des temps, et les sacrifices qu’il sera nécessaire de consentir pour qu’il en soit toujours ainsi importent peu.

 

Par fidélité à ce pacte sacré et se prévalant de cette légitimité historique et politique, Notre Vénéré Père, Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde, a conçu, avec sagacité, l’idée de la Marche Verte pour le recouvrement de nos provinces du Sud.

 

Marchant sur les traces de Notre Grand-Père et de Notre Père, Nous avons à cœur, maintenant que la terre est libérée, d’œuvrer, avec le même sens de l’engagement, pour assurer à la population de ces provinces les conditions d’une vie digne et pour favoriser son développement. Nous sommes aussi déterminé à libérer nos fils retenus dans les camps et à arrimer ces zones à la Mère-Patrie, de manière pleine et entière.

 

Cher peuple,Dès Mon Accession au Trône, J’ai fait serment devant Dieu et devant toi, de tout mettre en œuvre, pour défendre notre intégrité territoriale et garantir aux habitants du Sahara les conditions d’une vie libre et digne.

 

Pour y parvenir, Nous avons constamment veillé à ce que l’action extérieure dédiée à la défense de nos droits légitimes soit menée en totale cohérence avec les efforts de développement interne, sous-tendus par un esprit de solidarité et d’unanimité nationale.

 

Sur le plan international, le Maroc maintient l’engagement qu’il a fait d’adhérer à la dynamique actuelle voulue par Son Excellence Monsieur Antonio Guterres, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies et à coopérer avec son Envoyé Personnel. Il en sera ainsi tant que seront respectés les principes et les fondamentaux de la position marocaine. En voici quelques-uns :

 

– Premièrement : aucun règlement de l’affaire du Sahara n’est possible en dehors de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara, et en dehors de l’Initiative d’autonomie, dont la communauté internationale a reconnu le sérieux et la crédibilité.

 

– Deuxièmement : les expériences passées devraient permettre de méditer sur une évidence: le problème n’est pas tant de trouver une solution à cette affaire, mais plutôt d’arriver à définir le processus à suivre pour y parvenir ;

 

Il appartient, donc, aux parties à l’origine de ce conflit monté de toutes pièces, d’assumer pleinement leur responsabilité dans la recherche d’un règlement définitif;

 

– Troisièmement : le plein respect des principes et fondamentaux retenus par le Conseil de Sécurité pour le traitement de ce conflit régional artificiel; l’organe onusien étant, de fait, la seule instance internationale chargée de superviser le processus de règlement ; et

 

– Quatrièmement : le refus catégorique de tout dépassement, de toute tentative de porter atteinte aux droits légitimes du Maroc et à ses intérêts supérieurs, de toute proposition obsolète visant à écarter le plan de règlement des paramètres référentiels retenus, de l’insertion abusive d’autres sujets, lesquels sont traités par des institutions compétentes.

 

Sur le plan interne, comme Je l’ai plusieurs fois souligné, nous n’allons pas rester les bras croisés à attendre que soit trouvée la solution souhaitée. Nous poursuivrons plutôt l’action engagée pour stimuler le développement de nos provinces du Sud et assurer à leur population les conditions d’une vie libre et digne.

 

Dans ce cadre, nous irons de l’avant dans la réalisation du modèle de développement propre à ces provinces, en parallèle avec la mise en œuvre de la régionalisation avancée, ce qui devrait permettre aux habitants de la région d’assurer la gestion démocratique de leurs affaires et de contribuer au développement de leur région.

 

En effet, les projets que Nous avons lancés et ceux que nous allons mettre en chantier, vont permettre au Sahara marocain de se positionner comme un pôle économique intégré. Appelé à servir de trait d’union entre le Maroc et sa profondeur africaine, il s’affirmera comme une plaque-tournante pour les relations entre les pays de la région.

 

Cher peuple,

 

Comme Nous l’avons souligné précédemment, ce modèle ne doit pas être ramené à sa seule dimension économique. Il s’agit bien en fait d’un projet de société cohérent qui a pour ambition de favoriser l’épanouissement de l’individu marocain, de préserver sa dignité et de le placer au cœur du processus de développement.

 

De ce fait, ce projet accorde une place particulière à la sauvegarde du patrimoine culturel et civilisationnel sahraoui, dont Nous mesurons la grande valeur affective pour les populations de la région.

 

Voilà pourquoi Nous veillons à prendre soin de la culture hassanie, en favorisant sa promotion grâce à des structures et des services culturels mis en place à cet effet, en encourageant les initiatives et les manifestations artistiques qui contribuent à son rayonnement, et en rendant hommage aux artistes, aux intellectuels et aux créateurs qui en sont les vecteurs.

 

Nous faisons de même pour toutes les composantes de l’identité marocaine unifiée. Car, Nous n’établissons aucune différence entre les patrimoines et les spécificités culturelles et linguistiques des régions du Maroc, qu’il s’agisse du Sahara, du Souss, du Rif, de l’Atlas ou de l’Oriental.

 

Par ailleurs, la volonté de prendre soin du patrimoine culturel local n’est en aucune manière une façon d’instiller le fanatisme ou de favoriser le repli sur soi. Ce n’est nullement une incitation à l’extrémisme ou au séparatisme. C’est, bien plutôt, une manière d’exprimer notre fierté d’une identité nationale plurielle, diverse qui se déploie pleinement dans le cadre du Maroc uni des régions.

 

Il est, donc, de notre responsabilité à tous, de sauvegarder ce patrimoine culturel et civilisationnel national, en protégeant ses ressources et en favorisant l’interaction féconde de ses différentes composantes. Corrélativement, il convient également de rester ouvert aux valeurs et aux civilisations universelles, d’embrasser le monde du savoir et de la communication.

 

Cher peuple,

 

La commémoration de l’anniversaire de la Marche Verte et le rappel du Discours de M’hamid El-Ghizlane constituent une occasion privilégiée d’exalter le patriotisme sincère, l’attachement loyal aux constantes de la nation, le sens du sacrifice pour la patrie.

 

C’est grâce à ces valeurs et à la mobilisation nationale collective que le Maroc a récupéré ses provinces du sud. C’est aussi grâce à cet idéal patriotique qu’aujourd’hui, il va de l’avant dans sa marche vers plus de développement et de réalisations.

 

Désormais, nous avons grand besoin de ces valeurs: il convient de les véhiculer à l’école, au sein de la famille, dans tous les secteurs de la vie sociale. Elles constituent un préalable pour qu’ensemble, nous soyons en mesure de relever les défis internes et externes qui se posent à notre pays.

 

A cette occasion, Nous tenons à exprimer la fierté que nous inspirent nos Forces Armées Royales et les forces de sécurité, toutes catégories confondues. Nous leur manifestons Notre considération pour leurs efforts, leurs sacrifices, et leur mobilisation constante à défendre, sous Notre commandement, l’intégrité territoriale du pays et à préserver sa sécurité et sa stabilité.

 

C’est, pour Nous, l’opportunité de renouveler notre engagement, de renforcer l’esprit de mobilisation collective, et, in fine, de stimuler la dynamique de développement global, à l’œuvre dans toutes les régions du Maroc, notamment nos provinces du sud. Cette entreprise est menée dans le cadre d’un Maroc uni, garantissant à tous ses enfants la liberté, la dignité et la justice sociale.

 

C’est le meilleur gage de fidélité à la mémoire immaculée des héros de la libération et de l’indépendance, avec, en première ligne, Notre Auguste Grand-Père, Sa Majesté le Roi Mohammed V, que Dieu ait son âme. C’est aussi un exemple de fidélité au serment de la Marche Verte et à l’artisan de cette épopée, Notre Vénéré Père, Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde, et à tous les valeureux martyrs de la Nation.

 

Wassalamou alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh.

 

— Morocco’s King Mohammed VI, During Royal Address, November 6 2017.

Filed under:

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Sending

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account